marți, 22 februarie 2011

Musca la arat: azi, Şeitan



Uitaţi-vă puţin la CV lui Şeitan: "A absolvit Institutul Politehnic Bucuresti - Facultatea de Automatica si Calculatoare si, apoi, Facultatea de Matematica. Este secretar de stat in Ministerul Muncii Familiei si Protectiei Sociale, de la inceputul lui octombrie. A fost consilier de stat pentru munca si protectie sociala al premierului Emil Boc de la inceputul anului pana in octombrie. Este specialist in sistemul public de pensii. Este membru PD-L. Seitan a mai fost seful Oficiul pentru Coordonarea Reformei Sistemelor de Pensii din Romania (Banca Mondiala), consultant in Parlamentul Romaniei, iar din 5 octombrie 2009 ocupa functia de secretar de stat in Ministerul Muncii, Familiei si Protectiei Sociale, dupa ce in perioada februarie - octombrie 2009 a fost consilierul de stat pentru munca si protectie sociala al premierului Emil Boc. Seitan a mai condus si Casa Nationala de Pensii si alte Asigurari Sociale (CNPAS) in perioada februarie 2005 - mai 2007, el fiind si coordonatorul echipei tehnice care a elaborat proiectul de Lege privind sistemul unitar de pensii publice. Dupa ce a parasit CNPAS, el a condus, din postura de director general, compania FINCOP Broker de Pensii Private." Era înainte de a fi numit Ministrul Muncii. Unde a avut numai succesuri.


După ce vă uitaţi, spuneţi-mi şi mie ce anume din acel CV îl face bun să-şi dea cu părerea despre Dreptul Muncii? Pentru că năzdrăvanul nostru vrea să scoată din CES Guvernul, pe motiv că n-are ce căuta acolo, iar CES ar trebui să fie un soi de "cacademie", unde să se discute strategii, nu legile Guvernului. Iar în locul guvernului să fie numiţi în CES 15 oameni din "societatea civilă", din cadrul structurilor cooperatiste, profesiunilor liberale, organizaţiilor pentru protecţia consumatorilor, comunităţii ştiinţifice şi academice, organizaţiilor de agricultori, organizaţiilor de pensionari, organizaţiilor comunităţilor locale, asociaţiilor care reprezintă familia şi persoanele cu dizabilităţi şi alte organizaţii neguvernamentale.


Evident, din peisaj nu putea lipsi Pulimea Sa, care a dat lindicaţii preţioase în domeniu, supărat că adoptarea Codului Muncii s-a proptit în CES: "În decembrie 2010, preşedintele Traian Băsescu declara că Guvernul "ar cam trebui să dispară" din Consiliul Economic şi Social, iar CES să rămână "o zonă dedicată patronatelor, sindicatelor şi societăţii civile, alta decât sindicatele". Se mai îndoieşte cineva că pentru pedelici băsescu este ceauşescu doi? A dat el un ordin? Bă, se execută, nu se discută!


Ia să vedem noi ce face CESE(Consiliul Economic, Social şi de Mediu al Republicii Bling-Bling), care se pare că l-ai inspirat pe muscoiul nostru ieşit la arat:

Il est principalement investi de cinq missions :

1.Conseiller le Gouvernement et le Parlement et participer à l’élaboration de la politique économique, sociale et environnementale ;

2. Favoriser, à travers sa composition, le dialogue entre les catégories socioprofessionnelles dont les préoccupations, différentes à l’origine, se rapprochent dans l’élaboration de propositions d’intérêt général ;

3.Contribuer à l’évaluation des politiques publiques à caractère économique, social et evironnemental ;

4.Promouvoir un dialogue constructif et une coopération avec les assemblées consultatives créées auprès des collectivités territoriales et auprès de ses homologues européens et étrangers ;

5.Contribuer à l’information des citoyens.

Qui peut saisir le CESE ?

Le Conseil économique, social et environnemental peut être saisi, par le Premier ministre. Il l’est obligatoirement pour tout projet de loi de plan ou de programmation à caractère économique, social et environnemental et peut être associé à leur élaboration. Le Premier ministre peut également saisir le Conseil pour des projets de loi de programmation définissant les orientations pluriannuelles des finances publiques, des projets de loi, d’ordonnance, de décret ainsi que des propositions de loi entrant dans le domaine de sa compétence.

Le Conseil peut également être consulté, sur toute question de caractère économique, social et environnemental, par le Président de l’Assemblée nationale ou le Président du Sénat.

Le Conseil peut en outre, s’autosaisir et appeler ainsi l’attention du gouvernement et du Parlement sur les réformes qui lui paraissent nécessaires. Dans ce cadre, les avis du Conseil économique, social et environnemental sont transmis au Premier ministre, au Président de l’Assemblée nationale, au Président du Sénat et publiés au Journal officiel.
Enfin, désormais, le Conseil économique, social et environnemental peut être saisi par voie de pétition de toute question à caractère économique, social et environnemental. Cette pétition - signée par au moins 500 000 personnes majeures (de nationalité française ou résidant régulièrement en France) - est adressée, par un mandataire unique, au Président du Conseil. Le bureau statue sur sa recevabilité et, dans un délai d’un an, le Conseil doit se prononcer, par un avis en assemblée plénière, sur les questions soulevées par les pétitions recevables et sur les suites à y donner.


Prieteni, CESE, după care pare să se inspire Şeitan, este în Franţa un soi de al doilea Parlament, şi vine dintr-o anumită tradiţie. "Si, déjà, un Conseil du commerce avait été institué par Henri IV, le Conseil économique, social et environnemental actuel tire ses origines d’un courant d’idées né au milieu du XIXe siècle, favorable à une représentation organisée des forces économiques et sociales. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les syndicats ouvriers revendiquent avec vigueur la création d’une telle assemblée : dès 1919, Léon Jouhaux présente un projet de Conseil économique du travail qui verra le jour en 1925 sous l’appellation de Conseil national économique. La Constitution de la IVe République en 1946 crée le Conseil économique."


Are 233 de membri, după cum urmează:

140 membres au titre de la vie économique et du dialogue social, dont :

- 69 représentants des salariés ;

- 27 représentants des entreprises privées industrielles, commerciales et de services ;

- 20 représentants des exploitants et des activités agricoles ;

- 10 représentants des artisans ;

- 4 représentants des professions libérales ;

- 10 personnalités qualifiées choisies en raison de leur expérience dans le domaine économique, dont deux issues des entreprises publiques ainsi qu’une représentant les activités économiques françaises à l’étranger.

60 membres au titre de la cohésion sociale et territoriale et de la vie associative, dont :

- 8 représentants de l’économie mutualiste, coopérative et solidaire non agricole ;

- 4 de la mutualité et des coopératives agricoles de production et de transformation ;

- 10 représentants des associations familiales ;

- 8 représentants de la vie associative et des fondations ;

- 11 représentants des activités économiques et sociales des départements et régions d’outre-mer, des collectivités d’outre‑mer et de la Nouvelle-Calédonie ;

- 4 représentants des jeunes et des étudiants ;

- 15 personnalités qualifiées choisies en raison de leur expérience dans le domaine social, culturel, sportif ou scientifique, dans le secteur du logement social ou en raison de leur action en faveur des personnes handicapées ou des personnes retraitées ;

Trente-trois membres au titre de la protection de la nature et de l’environnement, dont :

- 18 représentants des associations et fondations agissant dans le domaine de la protection de la nature et de l’environnement ;

- 15 personnalités qualifiées choisies en raison de leur compétence en matière d’environnement et de développement durable, dont au moins trois dirigeant des entreprises ayant une activité significative dans ces matières."

Găsiţi voi mai multe aici.


 Sigur, Guvernul vrea să facă ce vrea muşchii lui, şi atunci încearcă să marginalizeze şi mai mult CES. Nu că acum i-ar păsa prea mult de ce zic ăia, dar măcar de formă tot trebuie să-i consulte. După reorganizare, CES ar fi o perfectă formă fără fond, care nu va mai deranja pe nimeni. Şi uite aşa se duce dracului o întreagă construcţie instituţională, care este înlocuită de bunul-plac al unei guvernări inepte şi arogante. Că prostul care nu-i fudul nu e prost destul.

Un comentariu:

Karakas spunea...

Hai c-am ris cu pofta de rateurile de logica ale lui Boc:

"niciodată nu m-am oprit din drum de frica unei moţiuni de cenzură, aşa încât e un drept al opoziţiei să depună o moţiune de cenzură"

Deci, pentru ca el nu s-a oprit nicioadata din drum de frica unei moriuni de cenzura, atunci logic, rezulta ca, opozitia are drept sa depuna motiunea de cenzura. Si daca s-ar fi oprit din drum, de frica sau nu, ar rezulta, tot logic, ca opozitia nu are dreptul sa depuna o motiune de cenzura. Cel mai mult curaj, se vede, il are cind se exprima public...